Discours de l'Administrateur Général de WESTAIR BENIN au Cocktail du 18 Décembre 2012

-Excellence Monsieur le Ministre chargé des Transports Aériens,
-Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,
-Chers collègues du transport aérien,
Bonsoir et bienvenu à cette petite cérémonie marquant la reprise des vols de WEST AFRICAN AIRLINES (WESTAIR BENIN).
Comme vous le savez, l’homme ou le chrétien que je suis, subit dans sa vie plusieurs cérémonies marquantes :
-Le Baptême,
-La Confirmation,
-La Consécration,
-Et le départ définitif.
Nous avons (WESTAIR) été baptisé il y a déjà 10 ans dans ce même cadre enchanteur avec tous les fastes accompagnants souvent ce genre de cérémonies, symbole de l’arrivée dans un monde inconnu.
Les anniversaires ont été souvent gais et souvent tristes tout au long de ces années.
L’enfant WESTAIR a grandi, a su marcher dans les embuches, il a appris à se débrouiller. Bref, il est allé à l’apprentissage d’un métier complexe mais passionnant : Le Transport Aérien.
Aujourd’hui, WESTAIR a décidé de souscrire à sa Confirmation, gage de maturité, d’expérience et de détermination pour la poursuite de sa route.
C’est pour cette occasion que nous avons choisi d’offrir ce cocktail qui n’est ni une fete, ni un lancement de campagne mais une soirée de retrouvaille car il n’y a ici que des acteurs du transport aérien en majeure partie et quelques amis dont on ne pourrait manquer de se souvenir en cette occasion.
A l’endroit donc des collègues et autres acteurs de notre activité, je voudrais ici réitérer ma confiance et mon dévouement à la cause commune qui est la persévérance dans le travail bien fait.
Le travail bien fait suppose que l’on ait en soi un objectif bien défini et une conduite irréprochable dans sa conduite au quotidien.
Notre objectif c’est la croissance. Dans nos résultats nous devrions quotidiennement et à chaque vol nous assurer que la réalité des coûts d’exploitation est en adéquation avec nos recettes toujours figées face à l’augmentation continue des charges et autres taxes régaliennes.
Je ne voudrais pas ternir mes propos par quelques calculs d’économies de lignes, mais souvenons-nous toujours que nous sommes les acteurs privilégiés du développement et que nos pays doivent nous soutenir dans nos efforts inlassables et parfois suicidaires.

Bonne soirée à tous et encore une fois merci.